Water Polo – Pro A (18e journée) : Team Strasbourg – Nice, ce soir (20h15)

Une question de respect

Une semaine après avoir tenu en échec les champions de France, le Team Strasbourg remet le couvert ce soir contre Nice. Pour la “der” de la phase régulière, il compte bien se faire respecter chez lui.

Les Strasbourgeois entendent rester maîtres chez eux, quatre jours avant leur demi-finale.
PHOTO DNA – jean-françois BADIAS

« Voilà… c’est fini » , pourrait-on entonner à l’aube de cette 18e et dernière journée de la phase régulière de Pro A. Sébastien Bérenguel et ses joueurs, eux, n’entendent pas du tout la même musique.

Et pour cause, tout recommence à l’heure d’accueillir, ce soir, le nouveau dauphin du championnat. Le Team a dans le viseur une série de cinq matches en une quinzaine de jours.

« Envoyer un signal au water-polo français »

« Les mots d’ordre : concentration et récupération, estime le coach strasbourgeois. Notre objectif est de bien préparer la demi-finale contre Marseille. Pour cela, il faut jouer chaque match à fond et prouver que personne ne peut nous manger sur la tête à domicile. »

Une seule équipe a osé picorer sur les bonnets bas-rhinois cette saison à la Kibitzenau. Le dévoreur en question ? Marseille, le leader et prochain hôte des Alsaciens. « On veut prouver que chez nous, il faut sortir les armes de guerre pour gagner. Battre Nice, ce serait envoyer un signal à tout le water-polo français et montrer que notre saison n’est pas due au hasard. »

Mais la troupe de Samuel Nardon (voir par ailleurs), qui vient de subtiliser la 2e place à Montpellier, volera vers l’Alsace gonflée à bloc. Sébastien Bérenguel ne compte toutefois pas lui dérouler le tapis rouge.

« Il faut aborder ce match comme le précédent et respecter Nice tout comme Montpellier. Le respect ne tombe pas du ciel, il se gagne à chaque instant, heure et jour. »

Si Strasbourg est quatrième à sept points de son adversaire, rien ne justifie pourtant un tel gouffre. Après avoir écarté les Azuréens du podium de la Coupe de la Ligue, début mars (11-7), les Alsaciens ont flanché de peu dans le Sud (8-11).

Du côté des artilleurs, Babic, le Niçois, et Bratic, le Strasbourgeois (51 buts chacun), vont se livrer à un duel serré.

Face à la deuxième attaque de Pro A, Sébastien Bérenguel sait à quoi s’en tenir. « Mes joueurs connaissent les Niçois tout comme eux connaissent l’animal d’en face, reconnaît le technicien alsacien. Babic est très bon, mais les internationaux Nastran et Izdinsky (blessé, ce dernier ne sera finalement pas du déplacement, ndlr) peuvent nous faire mal aussi. Sans compter leur excellent gardien slovaque Kozmer. »

À quatre jours de la demi-finale contre les Phocéens, Sébastien Bérenguel a reconduit le même groupe que celui qui a poussé Montpellier au nul, dont la pointe internationale Romain Blary. Ses partenaires sont « préparés à ce que je vais leur servir samedi (aujourd’hui) ». Quelque chose nous dit que le respect est au menu…

Les Niçois se méfient

S’il assure que son sept de base sera à 100 %, le coach azuréen Samuel Nardon admet tout de même qu’il ne prendra « pas de risques en vue de la demi-finale contre Montpellier ». Ainsi, en plus des joueurs incertains, l’international français Izdinsky, blessé au doigt, ne sera pas du voyage. « Deux styles vont s’affronter, prédit Samuel Nardon. Romain Blary et les trois Croates de périphérie, Sutic, Bratic et Racunica, qui shootent bien, seront à surveiller. Il faudra être équilibré en défense pour les contrer », conclut-il.

 

L.W. DNA le 02.05.2015

Sorry, the comment form is closed at this time.