Water-polo – Pro A, demi-finale aller : Nice – Team Strasbourg (11-10)

Tout reste ouvert

Malgré un penalty raté en toute fin d’une rencontre musclée, les Strasbourgeois aborderont la demi-finale retour avec un tout petit but de retard. Le coup est largement jouable.

Romain Blary (à gauche) et Strasbourg doivent s’imposer par deux buts d’écart samedi à la Kibitzenau pour s’ouvrir les portes de la finale.
photo archives dna – jean-christophe dorn

Pour ceux qui en doutent encore, cette saison, les Nice – Strasbourg sont des matches indécis. Hier soir, à deux secondes de la fin de la partie, une victoire azuréenne comme un match nul pouvait encore se produire.

La trame du match retour tenait alors au bout du bras du Strasbourgeois Babic qui, sous les sifflets, balançait son penalty juste à côté du but de Kozmer….

De quoi laisser Nice conserver son but d’avance (11-10), avant de filer en Alsace pour un match retour qui s’annonce explosif (ce samedi à 21h).

Les Azuréens étaient mieux rentrés dans cette demi-finale aller. Fontani demeure peu inspiré dans son but et concède l’ouverture du score par Rodin après seulement 14’’.

Blary incontrôlable

Cette réalisation donne le tempo aux deux premières périodes pendant lesquelles pas moins de 18 buts (!) ont été inscrits.

Outre les problèmes de Fontani, ce score fleuve trouve son analyse dans l’incapacité des hommes de Samuel Nardon à éteindre Romain Blary, la pointe bas-rhinoise qui a marqué ses quatre buts de la soirée avant la pause.

Malgré une défense haute et un pressing féroce sur le porteur, les Niçois galèrent à casser la connexion entre le leader d’attaque adverse et ses partenaires.

Pire, Blary arrache des supériorités numériques pour les siens. Un exercice dans lequel le Team se régale (avec 4 buts en 5 supériorités à la pause).

Du coup, malgré sa justesse dans le dernier geste, Nice ne creuse jamais l’écart et Strasbourg fait le yo-yo (3-1, 3-3, 8-5, 10-8).

Le début de seconde période se veut plus haché. Les exclusions s’enchaînent. Sutic ramène sa bande au contact (10-9) mais Jerkovic réplique (11-10). La circulation de balle azuréenne est moins fluide et Fontani se met enfin en ordre de marche.

L’ONN continue de pécher sur ses « zones + » quand Kozmer, lui, permet aux siens de ne pas voir Strasbourg, mené tout le match, revenir à hauteur.

Discret également pendant seize minutes, le gardien slovaque élève son niveau de jeu, dans un final tendu. Un money-time dont le paroxysme est atteint avec le penalty manqué de Babic. Un ballon gâché qui pourrait peser lourd à l’heure de faire les comptes…

Dans l’autre demi-finale, Marseille s’est nettement imposé dans le bassin de Montpellier (16-7). Les Phocéens, déchaînés, menaient 9-1 à la mi-temps…

Ch.S. DNA le 02.06.2016

Sorry, the comment form is closed at this time.