Water-polo – Pro A : après Team Strasbourg – Marseille

Trop de petites pollutions

Malgré un très bon contenu et des intentions remarquables, le Team Strasbourg n’a pas réussi à battre Marseille à cause de petites pollutions préjudiciables.

Pierre-Frédéric Vanpeperstraete (balle en main) et Strasbourg ont bousculé Marseille. photo dna – jean-christophe dorn

Ah, si seulement cette rencontre avait pu se terminer à 9-8 pour Strasbourg juste après le but de Babic qui donnait une longueur d’avance aux Alsaciens contre Marseille…

Mais à ce moment-là, devant une Kibitzenau gonflée à bloc et un public emballé, il restait encore une période complète à disputer. Suffisant pour que les Phocéens sifflent la fin de la récréation malgré un dernier et formidable baroud d’honneur du Team.

Sous les yeux de Florian Bruzzo, le sélectionneur de l’équipe de France, Strasbourg a tenu la dragée haute au champion qui, pour la première fois de la saison, a encaissé plus de neuf buts.

« On les a fait douter et c’est très positif, se réjouit Sébastien Berenguel, le coach bas-rhinois. En 3e période, on a enfin joué à notre niveau et largement rivalisé avec eux. Des buts ont été mis sur des mouvements travaillés et en contre-attaque. »

Et il y a eu ces ballons chipés en défense, ces arrêts de Fontani (dont certains carrément fantastiques), des tirs percutants et des prises de responsabilité dans les moments chauds.

« L’état d’esprit était là, on a été des guerriers, poursuit Berenguel. Même à 12-9 pour Marseille, on n’a pas lâché, ce qui nous a permis de revenir à 12-11. Physiquement, on était présents. Au final, même si la victoire est méritée pour Marseille, un match nul n’aurait pas été volé. »

« Erreurs de benjamins »

Mais l’entraîneur strasbourgeois n’oublie pas le moins bon, ce qui n’a pas été aussi étincelant. « On a fait des erreurs de benjamins, on leur a donné des buts… »

Trop de flottements en défense, même passagers, ont été autant de brèches dans lesquelles les Phocéens se sont rués avec succès.

« À 11-9, par exemple, on perd une balle bêtement. Ça fait but et ça fait mal ! On n’a pas le droit à ce niveau et ça peut nous coûter cher, même contre des équipes de standing inférieur à Marseille. »

« Ces temps faibles doivent être gommés, conclut Berenguel. On doit rester en alerte sur ces petits loupés car des moments très importants arrivent à présent avec le déplacement à Douai puis au Pays d’Aix et la venue de Nice. »

Ch.S. DNA le 08.02.2016

Team Strasbourg 11  CN Marseille 13 

Piscine de la Kibitzenau. Quart-temps: 3-5, 3-3, 3-0, 2-5. Arbitres: MM. Vanhems et Nowak. Exclusions: 8 à Strasbourg (Babic éliminé), 10 à Marseille. Environ 500 spectateurs.

TEAM STRASBOURG: Fontani (9 arrêts) et Schmitt au but, Sutic 2, Racunica 2, R. Blary 1, Babic, Vanpeperstraete 3, Bratic 1 puis Solnon, Q. Blary, Chion, Lanau 2, Denux.

MARSEILLE: Garsau (10 arrêts) au but, Constantin Bicari, Simon 3, Crousillat 3 (dont 1 pen), Kovacevic 3, Khasz, Camarasa 3 puis Piot, Olivon, Monneret 1, Dinon,Chandieu et Hovahannisyan.

Sorry, the comment form is closed at this time.