Water Polo – Pro A (17e journée) : après Team Strasbourg – Montpellier (6-6)

Lanau, le précieux

Team StrasbourgSamedi soir, le Team Strasbourg a mis du cœur à l’ouvrage. En soutenant la comparaison avec Montpellier, il abordera le dernier match de sa saison régulière en pleine confiance, à l’image de l’ailier Corentin Lanau.

Corentin Lanau (numéro 8), ses coéquipiers et leur coach ont établi une relation de confiance, l’une des bases de la réussite strasbourgeoise. PHOTO DNA – Jean-françois BADIAS

Fabien Vasseur, l’entraîneur héraultais, avait l’éloge facile samedi soir. « Ici, ça joue au polo, Strasbourg ne refuse pas le jeu », avait-il constaté. Car c’est bien un match de très haut niveau qui s’est déroulé devant ses yeux.

À une marche des play-offs contre Marseille, ce score de parité contre un gros bras permet aux Strasbourgeois de conserver une forme de panache. « Être toujours mené de deux ou trois buts et revenir à trente secondes de la fin, ça prouve beaucoup », n’hésite pas à rappeler Corentin Lanau, l’ailier du Team Strasbourg.

Comme souvent depuis qu’il a débarqué de Saint-Jean-d’Angély (alors en N1) il y a deux ans – « Mon frère y joue toujours » –, “Coco” a fait parler sa vitesse de nageur. « Notre job à Quentin (Blary, ndlr) et moi, c’est de couvrir rapidement. On peut mener des contre-attaques et se replacer aussi vite. »

Contre les champions de France, le job a été fait. Le jour et la nuit au regard du match aller, perdu de neuf buts. Le coach du Team, Sébastien Bérenguel, peut alors se délecter de l’engagement de son poloïste.

« Coco est toujours à 100% !, expose ce dernier. Il n’est peut-être pas le plus technique, mais mentalement, il est présent. Je crois même qu’il n’a raté qu’un seul entraînement en deux saisons. »

« Une saison parfaite »

Voilà de quoi rassurer le garçon de 22 ans. La confiance règne entre les deux hommes comme avec ses coéquipiers. « On s’entend tous très bien et on vit une saison parfaite, poursuit le maître-nageur de réserve. Quel autre club me ferait jouer un match entier aussi souvent, en plus contre des grosses cylindrées ? »

Du coup, Strasbourg est devenu sa maison, celle qu’il ne quittera pas de sitôt. « Ils veulent me garder et j’ai envie de rester. » Mais avant de penser à demain, il faudra passer sur le corps de Niçois qui ont grillé la politesse à Montpellier ce week-end en s’emparant de la 2e place.

Vaincu une seule et unique fois dans son bassin, Strasbourg ne compte pas doubler la statistique. “Coco”, bonnet numéro 8 sur la tête, est satisfait de la saison de son club, mais n’a pas encore les pieds dans le sable. « Notre objectif, la Coupe d’Europe, est atteint, mais Nice ne nous fait pas peur, tranche-t-il. On va prouver qu’on mérite notre place dans le Top 4, voire dans le Top 3. »

Bien plus tard encore, l’ailier devra aussi montrer qu’il mérite de s’envoler pour Gwangju en Corée du Sud, où se dérouleront les prochaines Universiades (*) d’été.

L.W. DNA le 27.04.2015

(*) Festival sportif et culturel d’envergure internationale. Il rassemble des étudiants et suit les Jeux Olympiques en termes d’importance.

Sorry, the comment form is closed at this time.