Water-polo – Petite finale (match aller) : Team Strasbourg – Nice (7-9)

Le podium s’éloigne

Team Strasbourg - Corentin LanauDeux passages à vide ont été fatals aux Strasbourgeois contraints à une course-poursuite épuisante, hier soir, face à des Niçois plus précis et déterminés. Les Alsaciens seront-ils capables de renverser la situation?

Corentin Lanau (au tir) et le Team Strasbourg ont semblé manquer de jus hier soir face à Nice qui a pris une bonne option sur la 3 e place. PHOTO DNA Jean-François Badias

Le dernier match de la saison du Team Strasbourg est une défaite de deux buts. Si l’écart n’est pas rédhibitoire, le combler puis passer devant les Niçois ce samedi au match retour exigera des Alsaciens une toute autre prestation que celle d’hier soir.

Un écart de deux buts n’est pas insurmontable

Fatigue ? Amertume du terrible 17-4 encaissé samedi, à Marseille ? Il n’y a pas une mais plusieurs causes à la contre-performance d’hier soir.

Dans ce duel, les Strasbourgeois ont connu deux passages à vide : en début de deuxième période et à l’entame de la troisième.

Jamais les joueurs de Bérenguel n’ont mené dans cette partie et jamais ils n’ont été en mesure d’égaliser. Le score s’élevant même à quatre longueurs (4-8 puis 5-9). Le vent de la révolte a beaucoup trop tardé dans l’équipe du Team où R. Blary et Bratic, les artilleurs habituels, étaient rendus muets par la défense azuréenne.

Jaillissait alors en plein jour l’une des insuffisances, heureusement pas nuisible jusqu’à hier, du groupe strasbourgeois : le manque de banc. Sans faire injure à Lanau, Chion et Q. Blary, la puissance et la précision de leurs tirs n’égale pas encore celles du trio croate ou de R. Blary. Kozmer, le gardien niçois, en sourit encore.

Au moment où Nice, en menant 6-2 semblait en train de prendre le large, Racunica, en capitaine exemplaire trompait Kozmer puis R. Blary en faisait de même (6-4). Ce n’était qu’un feu de paille car Nice en remettait une couche (4-8). «On a le temps !», lançait Nardon le coach de l’ONN.

Oui, hier, Nice a eu le temps de construire sa victoire et de se présenter en ballottage favorable avant le match retour samedi dans son bassin.

Un écart de deux buts n’est pas insurmontable mais depuis la victoire contre Marseille, l’impression qu’un ressort s’est cassé dans la belle machinerie strasbourgeoise est de plus en plus fort.

Ch.S. DNA le 15.05.2015

Sorry, the comment form is closed at this time.