Water-polo – Pro A : avant Team Strasbourg – Marseille, demain (20h30)

Fév 09, 2018 par team_user Categorie: Divers, Partenaires, Pro A, Video, Water Polo 0 comments

De l’orgueil en jeu

Match de gala demain soir à la Kibitzenau avec le choc entre le Team Strasbourg (leader) et Marseille (2e ). Trois points séparent les deux équipes, mais il sera aussi question d’amour-propre pour les Phocéens, vaincus au match aller.

Battus à l’aller, Paolo Malara (accroupi, au centre) et Marseille seront revanchards demain à Strasbourg. PHOTO léa sangiorgio
Battus à l’aller, Paolo Malara (accroupi, au centre) et Marseille seront revanchards demain à Strasbourg. PHOTO léa sangiorgio
 

À bientôt 58 ans (il les fêtera le 20 mars), l’Italien Paolo Malara est une figure emblématique du water-polo. Comme joueur, c’est à Pescara qu’il a brillé avant d’en devenir l’entraîneur en 1992. Il bifurque ensuite vers Nice qui, sous sa direction, est champion de France à huit reprises entre 1996 et 2003.

Entre 2006 et 2008, il est le sélectionneur national des poloistes italiens. De 2012 à 2013, on le retrouve à la tête de l’équipe d’Iran puis il s’exile deux années en Chine pour coacher l’équipe masculine de l’empire du Milieu.

 

Admiration et crainte

Mi-avril 2016, en plein cœur de la saison de Pro A, il est appelé au chevet du Cercle des Nageurs de Marseille, le club qui était l’unique rival des Niçois du temps de leur splendeur.

Cette année-là, les Phocéens décrocheront leur 36e titre de champion de France, suivi d’un 37e la saison passée, décroché au terme d’une finale aller-retour contre le Team Strasbourg.

Les Alsaciens, justement, Paolo Malara les observe du coin de l’œil avec un mélange d’admiration et, peut-être, de crainte.

« Je vois que depuis l’époque de Franck Missy (entraîneur de la SNS devenue le Team Strasbourg) , ce club ne fait que progresser », lâche-t-il.

Progresser au point d’être devenus les rares à avoir réussi à battre les Marseillais chez eux. Comme ce 14 mai 2016 ou, plus récemment, comme le 21 octobre dernier. Et ça, Paolo ne l’a pas oublié. « “Ma, tou sais”, cette victoire était méritée pour Strasbourg, admet l’Italien. On peut se trouver dix mille excuses, mais on n’a simplement pas bien joué. On n’a mené au score qu’une seule fois (2-1 à la fin du premier quart-temps). Tu ne peux pas gagner dans ces conditions ! »

L’évidence est là : les Marseillais ont été touchés dans leur orgueil avec cette défaite (5-7). Et les pendules, depuis, ont été remises à l’heure. L’acte I s’est produit le 27 février en Coupe de la Ligue où les Marseillais ont battu les Strasbourgeois en demi-finale (10-9).

L’acte II, les Phocéens l’envisagent demain soir à la Kibitzenau où ils entendent bien être les patrons, prendre les trois points et revenir à hauteur du Team Strasbourg, l’actuel leader de la Pro A.

« C’est un match important pour les deux équipes, estime Paolo Malara. Mais ce n’est pas capital pour le reste de la saison non plus. Chaque match est une histoire différente et je n’ai pas de boule cristal pour savoir à l’avance qui va gagner ! »

 

« Gagner d’un but suffira »

« Pour nous, gagner d’un but suffira, ajoute-t-il. L’important, c’est d’avoir la bonne attitude et d’être positif, sans stress. Tu peux parler avant un match comme celui-là, oui, mais les paroles, elles s’envolent ! »

Privés de Marion-Vernoux (blessé à l’oreille), les Phocéens débarqueront demain soir à la Kibitzenau sûrs de leurs forces qui les ont conduits en demi-finale de l’EuroCup avec un match retour le 28 février à Vérone, vainqueur 11-9 à l’aller.

« On avait Strasbourg contre nous en finale de Pro A la saison dernière, conclut Paolo Malara. Ce n’est pas un hasard de les voir en tête du classement. C’est une équipe de grande qualité qui voudra défendre sa première place. » Et qui fera face à des Marseillais à l’orgueil abîmé.

Le match sera à suivre en direct sur www.dna.fr

Nice : Le bras de fer continue

 

Le match Montpellier – Nice de samedi dernier ne s’est pas joué. Selon la Ligue promotionnelle (LWP), les Azuréens, radiés administrativement, ne peuvent plus évoluer en Pro A.

Le club niçois, proche de la Fédération française, dont les relations sont tendues avec la LPWP, argue qu’il est dans son bon droit.

La situation est devenue si inextricable que, sur le site web de la FFN, Nice est donné vainqueur de Montpellier (8-0 par forfait). Mais sur le site de la LPWP, la victoire par forfait des Niçois est attribuée aux Montpelliérains.

Ce samedi est prévu un Nice – Lille. Que va faire le club nordiste ?

 

Christophe SCHNEPP

Sorry, the comment form is closed at this time.