Water-polo – Pro A : avant Team Strasbourg – Marseille

Inflexible, le Cercle?

Le prestigieux Cercle des Nageurs de Marseille se pose demain soir à la piscine de la Kibitzenau pour un véritable match de gala que les Phocéens abordent avec autant de prudence que de détermination.

Thibaut Simon (à gauche, maillot n°1) et Marseille ont encore soif de titres. PHOTO PQR/LA PROVENCE

Depuis un demi-siècle, le Cercle des Nageurs de Marseille (CNM) a décroché 35 titres de champion de France soit un hallucinant taux de réussite de 70% en finale.

Thibaut Simon, joueur-clé chez les Marseillais, en est à sa 10e saison dans cette énorme équipe et a déjà connu sept titres nationaux. «Les années où on perd (2012 et 2014) , c’est quand mes deux filles sont nées», sourit-il.

« On a très envie de tout gagner jusqu’au bout »

La saison dernière, le CNM a remis les pendules à l’heure, s’est octroyé son 35e titre et n’entend surtout pas en rester là.

Depuis les trois coups du cru 2015/16, Marseille est toujours invaincu, possède la meilleure défense (jamais plus de 9 buts encaissés) et n’a « que » la 3e attaque avec Montpellier, son premier rival.

« On a très envie de tout gagner jusqu’au bout, y compris la Coupe de la Ligue, indique T. Simon qui avait joué à Strasbourg entre 2002 et 2006. On est content de ce début de championnat au niveau comptable. Par contre, pour la manière, on doit encore progresser. On n’est pas encore assez sereins, on bafouille trop notre water-polo sur des matches qu’on devrait boucler plus vite »

C’était encore le cas le week-end dernier contre Sète où le CNM (éliminé en quart de finale de l’EuroCup) a pétaradé en première période (1-1) avant de prendre le large (victoire 14-9).

«Voilà typiquement une bêtise qu’il ne faudra pas faire à Strasbourg, prévient T. Simon, auteur de quatre buts en championnat. Car on sait que notre adversaire sera revanchard. Je pense que la demi-finale perdue l’an dernier (*) l’a bien frustré…»

« Strasbourg a un autre jeu et n’est pas du même calibre que Sète, ajoute-t-il. C’est une équipe stable et ça s’annonce compliqué de gagner dans son bassin. Et quand Strasbourg et Marseille s’affrontent, il se passe toujours quelque chose…»

(*), En demi-finale aller, en mai dernier, Strasbourg avait battu Marseille (8-7) avant d’encaisser un cinglant 17-4 au match retour.

Ch.S. DNA le 05.02.2016

Sorry, the comment form is closed at this time.