Water-Polo – Pro A : après Montpellier WP – Team Strasbourg (8-5)

Jan 22, 2018 par team_user Categorie: Divers, Pro A, Water Polo 0 comments

 La thèse de l’accident

Les Strasbourgeois ont concédé leur premier revers de la saison, samedi soir à la piscine Antigone. Le Team Strasbourg est complètement passé à côté de son match.

Pascal Janssen et le Team Strasbourg n’ont pas évolué à leur niveau habituel. Photo DNA - M. Frison
Pascal Janssen et le Team Strasbourg n’ont pas évolué à leur niveau habituel. Photo DNA – M. Frison
 

La belle série des Alsaciens a subitement pris fin dans l’Hérault samedi soir. Vainqueur de ses huit rencontres lors de la phase aller, le Team Strasbourg a logiquement chuté à Montpellier, candidat aux play-off.

« Il n’y a aucune injustice. L’équipe n’a pas été au niveau qui est le sien habituellement. C’est aussi simple que cela » regrette Igor Racunica.

Ce qui chagrine le coach, c’est d’abord le manque d’agressivité en défense. « On les a laissés développer leur jeu. Ils avaient beaucoup trop d’espaces pour prendre des tirs en bonne position. On n’a pas été assez forts dans les duels. Dès lors que Montpellier a autant d’occasions de marquer, Hugo Fontani ne peut pas faire des miracles à chaque fois dans la cage. »

La différence a aussi été constatée dans l’efficacité offensive. « On a raté trop de tirs en attaque, j’en ai compté au moins 10, déplore Racunica. On a eu beaucoup de difficultés à mettre en place notre jeu. On a souvent fait les choses trop vite. L’équipe n’a pas eu son rendement habituel devant la cage adverse. »

Aucune excuse à invoquer

La formation de Fabien Vasseur a su en tirer un profit optimal, menant constamment au cours de la partie (2-1, 4-2, 6-4 après les trois premières périodes).

De son côté, l’entraîneur strasbourgeois n’invoque aucune excuse. Il importe peu que Fontani, Vanpeperstraete et Denux soient rentrés fatigués de leur stage avec l’équipe de France. « On ne va pas se cacher derrière ça. On a raté notre match, point final » souligne Racunica.

À ce stade des opérations, la thèse de l’accident semble donc privilégiée, tant le Team n’a pas montré le visage qu’on lui connaît depuis le début de cet exercice.

Au classement, il n’y a pas péril en la demeure, loin de là. Strasbourg, fort de son exceptionnel cycle aller, a encore de la marge pour la qualif’ au Top 4 (N.D.L.R. : 9 points d’avance sur le 5e avec un match de plus). Toutefois, le dauphin marseillais ne pointe plus qu’à deux longueurs.

« Sur ce match, ce n’était pas nous, observe le coach strasbourgeois. Perdre, ce n’est peut-être pas si négatif que cela. Ça nous montre aussi que rien n’est acquis dans ce championnat, qu’il ne faut jamais baisser la garde, notamment en défense. Il faut s’en servir pour progresser. On va devoir trouver les ressources pour repartir très vite de l’avant. On se doit une revanche dès le prochain match. »

Dès vendredi après-midi (14h45) à Douai, sa formation affrontera Reims, leader de N1, en quart de finale de Coupe de la Ligue.

« On replonge rapidement dans la piscine. Comme ça, on n’a pas le temps de douter. » En cas de qualification, le Team disputerait la demi-finale samedi et éventuellement la finale dimanche, toujours au même endroit. Avec l’ambition de succéder à Montpellier, tenant du trophée.

Tony PERRETTE

Sorry, the comment form is closed at this time.