Water-polo – Les nationaux à la reprise : le Team Strasbourg (Pro A), la vie continue

Oct 08, 2016 par team_user Categorie: Partenaires, Pro A, Water Polo 0 comments

Confronté au départ (non remplacé) de Romain Blary, le Team Strasbourg a modifié son jeu. Mais ses objectifs restent ambitieux : se qualifier pour une Coupe d’Europe et viser la finale de Pro A.

C’est une nouvelle saison palpitante qui s’ouvre pour le capitaine strasbourgeois Igor Racunica (à droite) et ses coéquipiers. photo DNA – Cathy KOHLER

C’est une nouvelle saison palpitante qui s’ouvre pour le capitaine strasbourgeois Igor Racunica (à droite) et ses coéquipiers. photo DNA – Cathy KOHLER

C’est le week-end dernier dans les belles installations de l’ASC Duisbourg (vice-champion d’Allemagne) que le Team Strasbourg a peaufiné la préparation de la nouvelle saison de Pro A, qui débute ce samedi soir avec la venue de Douai à la Kibitzenau.

« Avec deux séances en piscine extérieure et trois à l’intérieur, on a vraiment pu bien travailler, se réjouit Sébastien Bérenguel qui entame sa 10e saison à la tête de l’équipe strasbourgeoise. Ces mini-stages sont d’excellentes formules : on y bosse le jeu, le physique et le mental. Surtout au sixième match quand ça pique dans les bras… »

« On va jouer autrement, c’est aussi simple que cela »

Avec un sparring-partner de qualité (la Bundesliga reprendra le 15 octobre) , le Team a pu passer en revue les aspects stratégiques de son jeu : les bases tactiques, les positions, les systèmes offensifs et défensifs.

« On n’est pas encore prêts, on le sera dans une dizaine de jours, estime Bérenguel. On n’a pas encore trouvé toutes nos marques mais, par rapport à notre feuille de route, on est à jour. »

Mais cette année, il y a un peu plus de pain sur la planche : pas à cause des recrues à intégrer mais parce que le départ de l’international Romain Blary a entraîné des conséquences importantes et, donc des adaptations indispensables.

« Romain est un très bon joueur que nous n’avons pas pu remplacer poste pour poste, indique Sébastien Bérenguel. Mais on le sait : seuls les cimetières sont remplis de gens irremplaçables… (sourire). »

« On va jouer autrement, c’est aussi simple que cela, ajoute-t-il. Notre water-polo sera modifié et plus spectaculaire. On sera moins focalisé sur le poste d’avant de pointe. Le danger viendra donc d’ailleurs, le jeu sera plus réparti et sera plus étoffé en périphérie. Et on va insister sur les contre-attaques. »

D’où l’intérêt de disposer de joueurs polyvalents capables de se relayer à tous les postes. Et c’est précisément le profil des poloistes du Team rejoint cette année, par deux internationaux : Arnaud Jablonski (ex-Nice) et le Néerlandais Pascal Janssen (voir ci-dessous).

« Notre sport est plus respecté et plus suivi »

Ce samedi, c’est une Pro A assez énigmatique qui va s’élancer tant les mouvements de joueurs ont été importants à l’intersaison.

« C’est un peu le brouillard, mais Marseille, malgré des gros départs (Crousillat, Garsau, Khasz, Monneret…) , va rester l’épouvantail, avance Bérenguel. Le Pays d’Aix a beaucoup recruté (Noyon, Khasz, Veron, Kholod, Paunovic). Et puis il y aura Nice, Montpellier et nous. »

Autrement dit, revoilà le traditionnel “Big Four” lâché aux trousses des Phocéens avec le quatuor Sète, Douai, Lille et Noisy-le-Sec en empêcheurs de tourner en rond.

« Je note que les internationaux français sont répartis dans plus de clubs qu’auparavant et c’est une bonne chose, relève le coach du Team. Ça me semble plus équilibré. Et, depuis la présence de la France au tournoi olympiques, on sent que notre sport est plus respecté et suivi. »

« Bien réussir le début de saison »

Le respect, le Team Strasbourg continuera à se le bâtir en signant une saison performante. Quatrième il y a deux ans, troisième la saison dernière, l’équipe se verrait bien se hisser en finale et se qualifier pour une Coupe d’Europe.

« On a renoncé à jouer l’EuroCup cette année car le format était dur (sept matches en cinq jours) et le bénéfice sportif discutable, explique Bérenguel. Depuis, les formats ont changé (trois matches en quatre jours) et la France aura une cinquième place la saison prochaine. »

« L’idée, c’est de bien réussir le début de saison où, lors des matches aller, on jouera chez trois de nos rivaux directs », conclut Bérenguel. L’Acte 1, c’est Douai demain soir.

Né en mars 1996, le Néerlandais Pascal Janssen (1,84 m, 79 kg) a rejoint Strasbourg en provenance du club de l’UZSC Utrecht.

Sorry, the comment form is closed at this time.