Pro A : avant Team Strasbourg – Douai ( samedi 20h30)

Du tapis à l’eau

Team Strasbourg - Pierre-Frédéric VanpeperstraetePierre- Frédéric Vanpeperstraete est l’un des nouveaux visages du Team Strasbourg. D’abord féru de lutte, ce robuste joueur natif de Valenciennes a bifurqué vers le water -polo avec bonheur pour se spécialiser au rude poste de défenseur- pointe.

Pierre-Frédéric Vanpeperstraete apportera sa polyvalence au Team Strasbourg. PHOTO DNA – Jean- François Badias

Demi-finaliste de Pro A et de la Coupe de la Ligue la saison dernière , le Team Strasbourg s’est qualifié pour l’EuroCup dont le premier tour l’ emmènera à Budapest à la fin du mois.

Pour figurer au mieux dans cette épreuve et pour réaliser à nouveau une belle performance en championnat, le recrutement a été placé sous le signe du muscle.

Pierre-Frédéric Vanpeperstraete, né à Valenciennes il y a 23 ans, en est l’ exemple parfait avec 104 kilos répartis sur un mètre 90.

« Ce qu’il me fallait , c’était un sport collectif »

Ce droitier incarne la polyvalence, puisqu’il est l’ auteur de 35 buts la saison dernière avec Douai, alors que son premier « job » est d’être le centre de gravité de la défense au poste compliqué d’arrière-pointe.

C’est peut-être parce qu’il a pratiqué la lutte libre dans sa jeunesse qu’il a acquis ce sens du duel, cette capacité à se glisser ou à passer sur ou sous l’ adversaire , bref à se sentir à l’aise dans le combat rapproché.

Mais pourquoi diable avoir opté pour le water-polo, loin des tapis et des salles de lutte ? « Je me suis rendu compte que ce qu’il me fallait, c’était un sport collectif, d’être entouré et de vivre une expérience à plusieurs avec des amis, raconte ce fan de Led Zeppelin . Au collège , c’est un copain de ma classe qui m’a fait connaître le water- polo au club de Valenciennes. »

De 13 à 19 ans, encouragé par son frère Julien , « Pef » (son surnom officiel ) apprend les bases, puis les ficelles de ce sport tellement singulier.

« Le polo, c’est puissant, c’ est physique , décrit-il. J’ai été repéré par Reims, Noisy-le-Sec et le Pays d’Aix. Quand les gens de Douai ont su ça, ils m’ont tout de suite contacté. »

Quatre années durant , il va faire le bonheur des Francs Nageurs Cheminots de Douai dans l’étroite piscine des Glacis, puis en exil dans le bassin (aux normes) de Tournai en Belgique.

« Douai est un club très familial où les jeunes ont pas mal de temps de jeu , indique cet expert de la carbonade flamande . Si on montre qu’on a envie et qu’on se donne à fond , on ne peut que progresser. J’y ai passé de très belles années. »

« Ces dernières années, Strasbourg monte en puissance »

L’époque douaisienne est désormais dans le rétroviseur pour « Pef » qui a rejoint Strasbourg, séduit par le projet et le développement du club alsacien.

« Ce qui a fait pencher la balance , c’est la Coupe d’Europe et la progression que je vais pouvoir avoir, explique-t-il. Ces dernières années, Strasbourg monte en puissance. L’équipe a un potentiel très intéressant, y’a des sacrés noms ici ! »

Un nom, ce jeune international (six sélections en World League ) espère s’en faire vite sous ses nouvelles couleurs . « Buteur , c’était aussi mon rôle à Douai, mais à Strasbourg, je pense que ça va changer , prévoit-il. J’aurais des fonctions plus défensives. En attaque , ça va shooter de partout : on a des extérieurs et une très grosse pointe. J’aurai plus un rôle de distributeur mais s’il faut tirer, je tirerai… »

A bon entendeur.

Ch.S. DNA le 11.09.2015

Sorry, the comment form is closed at this time.