Pro A : après Team Strasbourg – Montpellier (10-9) Garder la tête froide

Avr 03, 2017 par team_user Categorie: Partenaires, Pro A, Water Polo 0 comments

Pas question de fanfaronner pour le Team Strasbourg qui a chipé la place de leader à Montpellier. Le play-off est en vue mais l’adversité est très carnassière.

Marko Bratic (Team Strasbourg) et ses trois buts ont pesé lourd dans le gros duel avec Montpellier (Geoffrey Laux, à droite).  PHOTO DNA – Jean-François BADIAS
Marko Bratic (Team Strasbourg) et ses trois buts ont pesé lourd dans le gros duel avec Montpellier (Geoffrey Laux, à droite). PHOTO DNA – Jean-François BADIAS
 

Il n’y a pas eu d’euphorie samedi soir, à la Kibitzenau, après la belle victoire du Team Strasbourg sur Montpellier par exactement le même score qu’au match aller : 10-9.

Après ce onzième succès en treize rencontres, les joueurs du Team avaient le sentiment du devoir accompli mais se gardaient bien de tartariner car la qualité du jeu produit ne leur a jamais autorisé à bomber le torse.

« On gagne, c’est bien mais il y a eu plein d’erreurs », constatait le gardien Hugo Fontani, auteur de onze arrêts mais qui s’en voulait d’avoir laissé passer quelques tirs héraultais comme le 8-8 signé Martinic, qui faisait passer le ballon juste sous le bras gauche du portier strasbourgeois.

Comme à l’accoutumée, c’est en défense que cette victoire s’est construite. Ivan Delas, l’avant de pointe croate du MWP, avait été ainsi identifié comme l’un des gros dangers à écarter : il l’a été grâce à un gros travail de Jablonski et Vanpeperstraete.

Face aux tireurs montpelliérains, la défense strasbourgeoise a su se montrer pressante et harcelante pour maintenir ses rivaux à distance ou les contraindre à prendre des tirs compliqués.

En attaque, les Alsaciens se sont à leur tour cassé les dents sur une arrière-garde montpelliéraine toute aussi féroce mais de belles inspirations de Bratic et Vanpeperstraete ont permis au Team de rester maître du score malgré un money-time stressant.

« On n’a pas été très bons mais on gagne quand même, admet Vanpeperstraete (*) , l’un des grands bonshommes du match. C’est plutôt positif pour la suite car on ne pourra que faire mieux… »

« On avance doucement sans se projeter trop loin sur qui on pourrait affronter en play-off, ajoute-t-il. La prochaine étape, c’est Lille. Et puis, il n’y a aucun calcul à faire : on veut tout gagner jusqu’au bout ! »

Le bout, c’est la finale de Pro A sur laquelle lorgne de plus en plus Strasbourg. Mais s’ils sont quasiment assurés d’être en demi-finales, les hommes de la Kibitzenau savent que Niçois, Marseillais, Montpelliérains et Aixois convoitent le même Graal qui ne sourira qu’à ceux qui auront su garder la tête froide.

(*) Sélectionné en équipe de France, « Pef » sera en action demain soir à Nancy avec les Bleus qui reçoivent la Grèce pour leur dernier match de Ligue Mondiale.

CS

Sorry, the comment form is closed at this time.