Water-polo – Ligue des champions : Team Strasbourg – Naples (8-9)Le temps des regrets

Sep 17, 2017 par team_user Categorie: Divers, Pro A, Video, Water Polo 0 comments

Dominé hier par des Napolitains réalistes à défaut d’être géniaux, le Team Strasbourg est désormais écarté de la qualification pour le 2e tour préliminaire de la Ligue des champions. Aujourd’hui, il faudra battre Istanbul pour bien terminer.

La Ligue des Champions est terminée pour Pierre-Frédéric Vanpeperstraete (au centre, face au Napolitain Dolce) et le Team Strasbourg. Photo DNA – Cédric Joubert
La Ligue des Champions est terminée pour Pierre-Frédéric Vanpeperstraete (au centre, face au Napolitain Dolce) et le Team Strasbourg. Photo DNA – Cédric Joubert
 

Tout un symbole hier soir à la Kibitzenau : Romain Blary, l’ancien avant de pointe du Team Strasbourg, était venu encourager ses ex-coéquipiers qui auraient adoré l’avoir avec eux dans l’eau.

Car privés de Denux (blessé), les Alsaciens avaient un joueur de moins et surtout pas de véritable pointe de métier. Ce détail, comme d’autres, a pesé lourd hier soir dans un match intense contre les Canotiers de Naples.

 

Mauvais taux de réussite offensive

C’est sans doute en première période que s’est joué le destin du Team dans cette deuxième rencontre qu’il ne devait pas perdre : avec deux poteaux et quatre arrêts de l’Italien Vassalo, le taux de réussite offensive strasbourgeois était mauvais.

Naples n’était guère plus inspiré devant un Fontani vigilant, mais qui s’était incliné sur un tir de Giorgetti (0-1) en tout début de match. Le gardien du Team fermait ensuite sa boutique, mais voyait ses coéquipiers galérer en attaque.

En deuxième période, Vanpeperstraete trouvait enfin la cible (1-1) après 12 minutes de jeu. Une éternité en water-polo. Letica faisait mouche pour le 2-1, mais la réplique italienne tombait : 2-2 puis 2-3 en supériorité numérique.

À la moitié du match, Strasbourg était toujours dans le coup. Jablonski (deux buts d’affilée) le prouvait (4-3). Puis la Kibitzenau chavirait de bonheur quand Babic signait le 5-3. Sans s’affoler, Naples revenait à hauteur par Del Basso puis Velotto sur une balle bêtement perdue (5-5).

Fontani était toujours là, bien aidé par ses poteaux, mais le Team payait alors un prix cher à sa débauche d’énergie en défense avec quatre joueurs à deux fautes.

Les Canottieri étaient moins sanctionnés et repassaient devant grâce à Esposito (5-6), annonçant un 4e acte palpitant.

Des palpitations, il y en a eu. D’abord quand Babic égalisait à 6-6 sur une splendide contre-attaque. Puis lorsque ce diable de Buonocore redonnait l’avantage à Naples (6-7).

Babic, encore lui, marchait sur l’eau pour le 7-7. Naples commençait à trembler, mais pas le bras de son gaucher Lapenna qui trompait Fontani (7-8).

 

Coups de sifflet étranges

Quelques coups de sifflet étranges semaient alors la confusion et, en mode furet, Campopiano glissait le ballon dans le but du Team (7-9 à 3’27).

La Kibitzenau grondait, son Hollandais Janssen aussi qui réduisait le score (8-9 à 2’30). Mais un tir contré de Letica puis une tentative pas cadrée de Bratic envoyaient les Napolitains au 2e tour et les Alsaciens dans un abîme de regrets.

« On n’a pas été assez concentrés à certains moments, regrettait Igor Racunica, le coach du Team. Ça se joue sur des détails que Naples a mieux exploités que nous. Demain (aujourd’hui) , on veut battre Istanbul pour finir sur une bonne note. »

 

CS

Sorry, the comment form is closed at this time.