WATER-POLO – Pro A masculine (finale aller) : Marseille – Team Strasbourg (19h)La dernière marche

Mai 27, 2017 par team_user Categorie: Non classé 0 comments

Le Team Strasbourg dispute à Marseille la finale aller du championnat de France. Avec le titre au bout, dans une semaine ? Les raisons d’y croire… ou pas.

David Babic : « On peut jouer n’importe quel adversaire les yeux dans les yeux ».  PHOTO DNA – J.-F. Badias
David Babic : « On peut jouer n’importe quel adversaire les yeux dans les yeux ». PHOTO DNA – J.-F. Badias
 

Les Strasbourgeois auront pour mission de préserver leurs chances avant le match retour, samedi prochain à la Kibitzenau. À quel scénario peut-on s’attendre ? Dans un sens ou dans l’autre, les arguments sont réels…

Oui, Strasbourg va être champion

LA RÉGULARITÉ. – Si Strasbourg venait à être sacré, ce serait tout sauf un scandale. Les hommes d’Igor Racunica ont fait preuve d’une belle régularité tout au long de la saison, décrochant la pole position lors de la première phase avec seulement trois revers. Le Team n’a pas volé sa qualification pour la première finale de Pro A de son histoire.

« Tout au long de la saison, on a montré des choses qui font qu’aujourd’hui, on peut jouer n’importe quel adversaire les yeux dans les yeux », insiste David Babic, 4e meilleur buteur du championnat. Strasbourg n’a pas à baisser le regard. Il a largement les arguments pour atteindre son Graal.

LA DÉFENSE. – On ne peut rien viser en play-offs si on n’a pas de défense. Samedi dernier, Nice s’est fait éparpiller façon puzzle par le Team (9-4). Les “beaux gosses” de la Côte d’Azur avaient l’air de minots emportés par la furia alsacienne. Hugo Fontani s’est mué en rempart infranchissable dans sa cage.

« Quand on défend avec autant d’intensité, on est une équipe très difficile à jouer », estime Babic. Si lui et les siens ont “tordu” Nice, ils sont capables d’en faire de même face au CNM. « Les équipes du haut de tableau sont si proches les unes des autres que jouer Nice ou Marseille, ça ne change pas grand-chose » justifie le Croate.

Non, Strasbourg va échouer

L’EXPÉRIENCE. – Quand vous affrontez Marseille, ce sont trente-six titres de champion de France qui vous toisent. Chaque année, c’est le même refrain : on raconte que c’est la fin d’une ère sur les bords de la Canebière et, finalement, le CNM retrouve ses allures de cador à l’approche des play-offs. En water-polo, Marseille, double tenant du titre, n’est pas loin d’être immortel.

« Ils ont pas mal d’internationaux qui ont l’habitude des matches à élimination directe, souligne David Babic. En play-offs, c’est une équipe encore plus solide. Ce sont de vrais compétiteurs. » À Marseille, tous ou presque ont déjà disputé des finales de Pro A. À Strasbourg, seul Jablonski connaît l’atmosphère de ces rencontres si particulières.

LA BÊTE NOIRE. – Cette saison, Marseille est la seule équipe que Strasbourg n’est pas parvenu à dominer. En saison régulière, les Phocéens sont venus s’imposer à la Kibitzenau pour l’ultime rencontre de l’ère Bérenguel (8-12), avant de remettre le couvert à domicile lors du match retour (10-6) le mois dernier. « C’est un peu notre dernière bête noire », illustre Hugo Fontani.

Lors du deuxième affrontement, les Alsaciens avaient notamment connu les pires difficultés à maîtriser les trois attaquants phocéens (Camarasa, Bicari et Vernoux) qui s’étaient succédé en pointe pour épuiser l’arrière-garde adverse. Strasbourg est prévenu du danger. Le match aller sera fondamental ce soir, afin de conserver une chance d’embraser la “Kibitz” pour le titre samedi prochain.

TP

Sorry, the comment form is closed at this time.